JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE
JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

11/05/2010

Entretiens - Anne Astier - Fragrance d'un désir

UN PLI OFFERT A ANNE ASTIER 
LE 6 JUILLET 1993
MUSÉE DE LA POSTE


UN PLI - LETTRE RETROUVÉE. Enfoui, sous les robes, de notre enfance, petites filles acharnées à se cacher derrière des portes, ouvertes au courant d'air, elles se sont peut-être rencontrées, sur les plages de sable, elles ont peut-être comparé leurs chaussures vernies, leurs robes avaient sans doute la même odeur, infranchissable de l'enfance, déserte... Et puis plus loin, dans ce temps où elles se sont éloignées, elles ont continué à vivre, à l'ombre de chaque murmure.... Effrayées de leurs découvertes, de l'absence même de se savoir existé, Elles avaient, suivi, un chemin, de pierres, sous le soleil qui les éclaboussait de lumière... Elles avaient découvert ce mot dans les pages illustrées d'un magazine... Sans connaître la véritable signification de ces mots trop puissants pour les retenir... Elles s'étaient préservées des lieux secrets, perdus, que l'on ne découvraient, que par Erreur. Enfin elles s'étaient, échappées, pour mieux découvrir avec attention, chaque photographie, sans signature... Porter au dos de ces images, parfois, elles entamaient.... De longs dialogues, inaudibles... Et puis dans ces plis secrets, un sourire avait traversé, la fragile mobilité de leurs mains parfois peinte en rouge sang, elles connaissaient cette couleur, les roses, tout simplement prenait cette odeur à chaque printemps. Elles avaient remarqué leurs épines, mais très rapidement, elles s'en étaient éloignées. Par déférence, sans doute... En grattant ces images soulevées d'un voile, d'un signe, offert en silence... Que savaient-elles , de l'enfance perdue, pour si peu de temps ? Quel était le vrai visage de l'attente ? L'heure seul visage... Inquiètes elles avaient refermé provisoirement le livre... Les plis secrets, des photographies, débordaient et froissaient leurs robes.... Un pli offert à ANNE ASTIER Le 6 Juillet 1993 Lettre retrouvée à Paris le 6 juillet 1993 Distribuée par porteur spécial. CAMILLE ROCHWERG

FRAGRANCE D'UN DÉSIR
À L'INFINI SUR UN TERRITOIRE ABSENT. 
A proximité d'une boîte aux lettres indiscrète. 

Te dire aussi que j’ai changé d’adresse. C.R