JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE
JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

13/06/2010

Presse Danse Thomas Lebrun La constellation Consternée Par Camille Rochwerg

THOMAS LEBRUN

THOMAS LEBRUN LIED BALLET
UNE ÉQUIVOQUE BEAUTÉ INDISCIPLINÉE
C'est l'histoire d'un CHANT... D'une résonance. D'UNE VOIX. D'UN NOIR ET BLANC estompés par la lumière, FROISSÉE de toucher un autre état... Cette espèce de MULTIPLICITÉ... Il y a à l'origine, l'histoire d'un ENVOL REBELLE... IDENTIFIÉ... Comment LA VIE SE TRAVERSE... Vers une spirale immuable... Aimante, aimantée, infinie... Quelque chose s'attache à des mots, des bruits de voix, certains gestes crient l'impuissance ou la puissance des forces. L'INNOMBRABLE perception illumine cet instant. QUI S'ÉCHAPPE. LUI SEUL MARCHE vers une aspiration enchantée, vers une désinvolture étrangère s'incrustant sur le sol. Passager de l'univers. Parce que quelque chose s'est fêlée, brisée sur le sifflement, sur la trace d'un faune DÉPOUILLÉ VERS UN DESTIN DISCONTINU. Déréglé. Extatique. Où chaque glissement d'extase s'infiltre de cet IMMENSE particule du DÉSIR. Hirsute et utopique de respirer. Jusqu'à vivre EN SUSPENS. SOULEVER. D'errer si légers, de franchir, de repartir, de faire halte, d'être éblouis. Et s'éclipser d'une envolée bleue, PAILLETÉE. Sortie de scène. La béance de cet effacement interrompt cette trêve dansée. D'une visibilité sans innocence qui s'éclabousse d'une beauté équivoque indisciplinée. APPLAUDIR... Pour Ccnt Thomas Lebrun​  Camille Rochwerg le 2 Avril 2015 Chorégraphie Thomas Lebrun Musiques Lieder d’Alban Berg, Gustav Mahler, Giancito Scelsi, Arnold Schönberg Création musicale David François Moreau Lumières Jean-Marc Serre Costumes Jeanne Guellaff, Sylvie Ryser Son Mélodie Souquet Avec Maxime Camo, Anthony Cazaux, Raphaël Cottin, Anne-Emmanuelle Deroo, Tatiana Julien, Anne-Sophie Lancelin, Matthieu Patarozzi, Léa Scher  Et les musiciens Benjamin Alunni (chant), Thomas Besnard (piano)
ÉTOILE JAUNE  

INSTANT DE RÉSONANCE LA VIE
L'UN DES SENS DU GESTE SI ÉLÉGANT 
Au moindre souffle sans défaillance. Exposés et subtiles... Ce qui se rapproche... De l'éclat et qui donne un sens à la perte d'un fragment de vie qui s'écarte. Infiniment traversé par une respiration disjointe ...vers la mort . Entre saisir le remuement.
L’immobilité. Le filament... Entre le bord... La limite... Et la rive. Le contour… D'un labyrinthe… D'une tentative. C'est peut-être le le basculement irréel. Du passage . Qui se dérobe. Venus d'où... Venus de.. . IIs traversent. Les seuils d'une écriture autour de la "Jeune fille et la Mort" si fort si pénétrable… L'incandescence même d'une résonance A LA VIE. CAMILLE ROCHWERG Chorégraphie Thomas Lebrun
LA CONSTELLATION CONSTERNÉE
AUTRE PART… HORS DES LISIÈRES
AUTRE PART… HORS DES LISIÈRES – UNE CONSTELLATION CONSTERNÉE. Ne cesse d’étreindre… L’ENVOL DE CES Corps arrachés vacillant vers un essor vertigineux une plongée un fracas… Du souffle en attente… Ils se lâchent sur un geste en pulsion tremblée en arrêt. L’histoire de ces corps ardents, illimités, fervents laisse trace d’un sol qui se dérobe juste… Sur la beauté suspendue. Comme un corps qui se bat… À se rompre. Et parfois la chute … La perte de l’élégance transcrit la trangression…Qui laisse trace sur la scène… Juste… D’un fil d’écriture si obstiné à recevoir l’ardeur d’une caresse… Du regard… Comme s’épancher sur un bruit, un détour un essoufflement à se perdre vers un hurlement ; Comme s’éloigner d’anciennes mémoires s’assurant d’être regardé dans cet éclat renversé. Comme un miroir traversé qui s’élance marqué d'ambiguïté. Comme une éperdue naît- sens qui pulvérise la simplicité du geste à s’écarter, à expulser, à se dépouiller de ce destin… Comme un écrin en éveil surgissant au-delà du sens au-delà de se retenir sur… L’abandon AUTRE PART… HORS DES LISIERES– UNE CONSTELLATION CONSTERNÉE ne cesse de résonner … Sur un sol émergeant de ruines imperceptibles et parfois la servante s’éteint BRÛLÉ PAR LA LUMIÈRE « dont la brillance émanerait de l’interprète… » C .R Jan 2010
Gwiazda (solo, 2008). Interprété par Anne-Emmanuelle Deroo L’Étoile jaune (solo, 2008). Interprété par Anne-Sophie Lancelin Le Temps de briller (solo, 2008). Interprété par Raphaël Cottin Éclats de simulacre (duo, 2009). Interprété par Anthony Cazaux et Claudia Miazzo
Fulgurances céans (quintette, 2010). Interprété par Anthony Cazaux, Raphaël Cottin, Anne-Emmanuelle Deroo, Anne-Sophie Lancelin et
Claudia Miazzo
FESTIVAL ARTDANTHE 2010

MONTRE MOI TA PINA
RAPHAEL COTTIN CORINNE LOPEZ
INNOCENT
IL EXCELLE DE SES POUVOIRS INNOCENT


Il excelle de ses pouvoirs.............Illimites... 
Mais c'est de face que s'impose Thomas Lebrun seul sur le plateau. Toujours haletant, à tenir cet élan, celui d'un corps d'une folle exigence......................................Insolite dont il fait un rituel... Il s'avance au plus loin... Sur l'empire d'espaces infinis de l'enfance à la splendeur d'une solitude effrenee... La scene s'egare dans ses plis de robes noires...............
Pouce la vie d'un écart et s'il te semble errer hors de cette chambre ... Sur l'un de ces silences qui dirait on s'efface... On s'efface.....................................Il entre vers une sorte de qualité hésitante de jeu... Et passe en une seconde d'une émotion à l'autre glissant sur l'esquisse d'une intime fidélité et s'empare d'une rage d'amour ... ........................... Nous l'écoutons surgir sur ce pli d'excellence vers une r éconciliation clandestine... Puis furtivement de cette un-pass ... Il retrace pour quelques instants le visage de tous les pouvoirs in-oubliés..............Pour étreindre une priere de l'etre. Camille Rochwerg oct 2003 " La notion de beauté, d'imperfection... Le pouvoir... Voir la moindre chose, le moindre etre vivant autrement que comme un moment de son parcours et du parcours general " ce qu'on en juge est deja si loin du jugement . Extraits de Pierre Guyotat A PROPOS D'INNOCENT
ivressecran@sfr.fr