JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE
JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

06/06/2010

Presse Radio Denise Glaser Mon enfance à la Télé Par Camille Rochwerg

SE SOUVENIR
DE DENISE GLASER

MON ENFANCE À LA TÉLÉ


C’est peut-être seulement de savoir sourire... Entrer en scène... Je ne sais pas... ... J’ai un public très jeune, la jeunesse est orpheline, les enfants sont orphelins, ils viennent me voir et ils disent, c’est comme si vous étiez ma mère... Et c’est tout à fait bouleversant... Faut que je parle avec vous... La solitude, je connais, le mal de vivre moi aussi... C’est fantastique... Finalement, la jeunesse est orpheline, elle est orpheline... On ne peut pas tricher...
Il faut être sa vérité, il faut se battre loyalement ...

Chaque jour est un combat... faut savoir aussi que le succes, ça n’existe pas. Faut tout refaire, chaque soir, chaque jour... Faut refaire une salle. Réhabiliter... Redonner une âme.

Aller chercher...
C’est merveilleux... Aller chercher... Il y a des gens qui ne veulent pas, qui se refusent... Par pudeur... Comme ça... Où violer... C’est très difficile de parler de ça parce que... C’est inexplicable ce miracle... Ce mystère, ce mystère de la scène.

Ce pouvoir qui est un faux pouvoir dont j’ai conscience qui est tout de même un faux pouvoir. Et qui fait que tout à coup devant ces êtres soudés si tu leurs dis “ levez vous ” tu sens qu’ils vont le faire et que c’est grave...
Que c’est beau...
Que c’est beau... C’est cruel... C’est merveilleux...
Superbe déchirure...
Extrait d’entretien Barbara et Denise Glaser. Discorama.


ivressecran@sfr.fr