JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE
JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

20/06/2011

Presse Danse Jonathan Capdevielle Gisele Vienne Par Camille Rochwerg

JONATHAN CAPDEVIELLE 
GISELE VIENNE 

SAGA

LE 15 ET 16 SEPTEMBRE
A THEATRE OUVERT
PRÉCISÉMENT "LA FUREUR DE VIVRE"
Que dire de ce Polar né des souvenirs de sa ville natale. Près de Pau et alentours, les villes ne se sont pas différenciées. Quelques frasques d'événements d'adolescents ont parqué cet avenir. Les bagnoles freinent et crissent au détour d'un virage. La police hors limite, enfreint d'ouvrir les fêlures. Les voix hirsutes se démultiplient. Les brigands de province sont insistants. Les adultes faussement voleurs d'inconséquence rêvent de cette immortalité. Ventriloque, Jonathan Capdeviellle porte sa voix sur le fil aiguë et cisaillé d'un chant d'opéra cosmique démultiplié de personnages si insolites fragment de vie qui dérive. De Jerk a cette SAGA présentée en Mars. La Vitesse d'une "FUREUR DE VIVRE" précise l'inconvenance de cette vie Inachevée. Camille Rochwerg le 16 Septembre 2014
 JERK 
C'EST JUSTE UN INSTANT UNIQUE FASCINANT
 FESTIVAL ARTDANTHE - DENNIS COOPER 

"JERK" C'EST JUSTE UN INSTANT UNIQUE. FASCINANT. Une fiction de crimes maléfiques exécutés par le sérial killer Américain Dean Corll. D’après une nouvelle de Dennis Cooper. Si vous aviez l'imprudence d'être « ASSIS DANS LA CADILLAC DE PAPA » Décrit par Jonathan Capdevielle qui interprète l’inventaire ultime de ces crimes partagés avec ses amis d'adolescence - David Brooks et Wayne Henley. Il serait judicieux de vous défiler quelques secondes de cette « Fuite noire » Chaque geste est mesuré, il dévoile, capture et rapproche l’effigie de ses marionnettes d'une voix ventriloque qui ouvre la brèche et le reflet qu'offre le miroir d'un thriller… Pas vraiment un suicide mais comme un faux-pas, une dérive qui naît dans la peau de l’autre. Et c'est à ce moment-là que la frontière n’est pas si éloignée d’une blessure rêvée. Sauf que... Alors « ASSIS DANS LA CADILLAC DE PAPA » ils s'enfuient et  suggère l'importance que revêt le désir d'y croire et l'admiration d'un monde si parallèle en quête de beauté SUBLIMÉ. Il faudrait reconstituer la vérité d’un visage car celui-ci présente la plus subtiles manifestations de vies. Espaces encombrés chaotiques comme un souvenir partagé qui reste impossible… Impossible de se perdre et de s’échapper. Gisèle Vienne nous fait entrer dans l’univers étrange et inquiétant de ces fragments de corps désaffectés décrit avec justesse, pudeur, respect et vérité sur fond de revirement de détresse et de défi. Entre laisser retentir la vie et laisser vivre certains instants liés à l’intimité entre sanctuaire et l’attraction d’un mirage improbable et mortel. Laissez vous engloutir vers cette liberté provisoire et invraisemblable. C.R Avril 2011 Conception et mise en scène : Gisèle Vienne Dramaturgie et adaptation : Dennis Cooper Musique : Peter Rehberg (musique originale) et El Mundo Frio de Corrupted Lumières : Patrick Riou Créé en collaboration avec et interprété par : Jonathan Capdevielle Voix enregistrées : Catherine Robbe-Grillet, Serge Ramon Stylisme : Stephen O'Malley, Jean-Luc Verna Marionnettes : Gisèle Vienne, Dorothéa Vienne Pollak Maquillage : Jean-Luc Verna et Rebecca Flores Confection des costumes : Dorothéa Vienne Pollak, Marino Marchand, Babeth Martin Formation à la ventriloquie : Michel Dejeneffe

ivressecran@sfr.fr