JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE
JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

04/03/2014

Presse Théatre Michel Fau L'extrème Puissance D'un Prince Noir et Rose si Idéal Par Camille Rochwerg

MICHEL FAU


ENTRETIEN MICHEL FAU CLAUDE DEGLIAME


RÉCITAL EMPHATIQUE DE MICHEL FAU
RÉCITAL ET GLISSEMENT LITTÉRAL INSENSÉ DE MICHEL FAU
Rideaux rouges empourprés de mémoires et de miroirs d'ambre. Ciel emphatique, piano noir silencieux. Tout s'échappe sur un Ouragan de voiles. De Nymphes éclairant les nénuphars embrumés des Écrits muets d'absence de Virginia Woolf pour une symphonie d'orage. Hippolyte exulte de cette tragédie de Phèdre a Racine... Sur quelques notes... Décryptant le meurtre. D'un Monstre marin dédié à l'exaltation. Susurrant la colère des faibles, respirant la fragilité des simples. Flottant sur le jeu de l'amour et de la liberté souvent emprunté aux siècles des lumières. La voix souligne certains visages du baroque au naufrage des terres de l'Inde du "Barrage contre le pacifique" de Marguerite Duras. Michel Fau Lubrique, Étincelant, Décalé, Foudroyé, Disgracieux a ravir. Éloquent en parade illégitime. S'incline d'une révérence à chaque applaudissement sur ces talons étoilés couleurs princesses. Et sous les rires grotesques du désastre ce récital s'intercepte sur un glissement littéral désespéré. Camille Rochwerg 14 Mai 2014 Avec Michel Fau accompagnement au piano Mathieu El Fassi Robes David Belugou Lumières Alban Rouge AU THÉATRE DE L'OEUVRE
L'IMPARDONNABLE REVUE PATHÉTIQUE
ET DÉGRADANTE DE MONSIEUR FAU
L'impardonnable revue pathétique et dégradante de Monsieur Fau
L'OBSCURE DIFFRACTION DE MICHEL FAU 
SUR DES ÉCLATS DE VOIX
Michel Fau à l'audace artistique et un respect fidèle à refléter ce subtil mélange luxurieux et contrasté. Il chante moulé au corps chaussures compensées enveloppées de soie dans l'éclat du strass. Il relève la beauté du corps entre le jeu audacieux de ses parures et l'offrande de ses phantasmes. Un comédien chante sur cette épure en grain de poudre noire et s'abandonne sur des chansons sensuelles portées à fleur de peau et de SOLITUDE. Camille.Rochwerg 2010
L'impardonnable revue pathétique et dégradante de Monsieur Fau
Avec Michel Fau chorégraphie et danseurs Delphine Beaulieu, Joel Lancelot mise en scène Emmanuel Daumas arrangements Camille Germser lumière Bruno Marsol création robes David Belugou maquillage Laura Ozier assistante Margaux Eskenazi
L'EXTRÈME PUISSNACE D'UN PRINCE 
NOIR ET ROSE SI IDÉAL
NOUS CONVIE SUR L’IMPARDONNABLE REVUE PATHÉTIQUE ET DÉGRADANTE DE MONSIEUR FAU. Venu nous surprendre sur la scène dans un excès de reflet du bonheur et de l'ombre. Séducteur invétéré. Il chante silencieusement par effraction la folie d’une farce et d'un travesti impénitent qui susurre sur le bord d’une lèvre un opéra fatigué d’une chanson si célèbre celle de « Quelqu’un m’a dit » Je me souviens de Hyènes de Christian Siméon, où comment a-t-il, apprit peu à peu à dessiner le sourire caché de l’enfer victime d’avoir tuer sa mère et son amant. Et d’une robe rouge siamoise coagulée dans ce texte de jean Michel Rabeux «Le ventre». Tel un monstre démesuré comme l’inoubliable Claude Degliame, il déborde… Sur l’empreinte d’une parade où il provoque l’incendie de cette page… Tel un calice de fleur, de jarretelles et de paillettes. Comment Michel Fau sacrera t'il l’escale d’un mythe qui passant sur les incontournables entrées sur scène de "L’apocalypse" de Olivier Py. Il descendra enfin cet escalier pour visionner plus loin que les limbes le luxe de folâtrer sur la vie. Sur l'illimité d'une prouesse où l’impuissnce s'esquive où l'altérité la distance et l'ivresse d'une gravité pixellise un lit débordé de roses. Il se peut que ces pleurs ne soient qu'un appel. Michel Fau SOIT-T'IL. Alors, le corps chavire parfois de larmes le sol jonché de ces dépôts comme le citait Hervé Guibert Considérable. Dérobade fugace d’un sourire marbré sous la griffe fugitive d’une passion d’opéra..... Michel Fau se démaquille et s'abandonne aux fils d'or et d'argent qui soulignent l'élégance d’une façade arrachée à L'EXTRÊME PUISSANCE D'UN PRINCE NOIR ET ROSE SI IDÉAL. Rien ne souffle alors sur la trace admirable d'un écho si éloigné d’un "Faiseur de talent". THÉÂTRE DU ROND POINT C.R Mai 2010
UN RAVISSEMENT

ivressecran@sfr.fr