JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE
JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

14/04/2014

Presse Théatre Transversal Bambi - Mathieu Matachaga Par Camille Rochwerg

 BAMBI VU PAR 

MATHIEU MATACHAGA
"IL ÉTAIT UNE FOIS BAMBI..." 
Une collection en cours de réalisation
 dont le talentueux couturier 
nous offre un premier aperçu 
MATHIEU MATACHAGA

Il était une fois Bambi from Fanadeep on Vimeo.
Il Etait Une Fois Bambi
CETTE SPLENDEUR D'ELLES
De ce trajet subversif de l'enfance qui se déplie et de cette adversité d'une séduction qui subsiste chez Marie-Pierre Pruvot. Depuis la parution de ce film Bambi, "Bambi figure mythique des cabarets parisiens des années 50-60" réalisé par Sébastien Lifshitz. Mathieu Matachaga lance une collection et signe cette vie écrite du parcourt secret frivole d'une robe. Suspendu de surprendre toutes les différences. Il dédicace son prochain défilé "Il était une fois Bambi". Précipite ce "bord caché" fastueux d'espoirs mêlés. "Dégrafe" et cisèle l'apparat d'une frange, exhale cette solitude des lueurs d’un noir bleuté d’une moire saturée. "Découpe le point superposé" d'un récif blanc. "Le droit fil" effarouché de la beauté glaciale et déserte. ELLE, abandonnée sur «La surpiqûre" d'un subtil mélange entre la noblesse d'une rayonnante "lisière" qui "surfilerait" l'absence éternelle de légèreté. Il fixe "le biais et l'aplomb" suprême d'ôter ses doutes. Ainsi précisant l'éventaire d'une sérénité de voiles translucides par instinct, proche du crépuscule et de la nervure feuilleté d'un noir sulfureux et transparent. Il inscrit l'exubérance sonore et rare, entremêlée de cet étrange pudeur pâle gorgée de lumière ironique. Capte ce blanc vorace et perlé, semblable à la blancheur des lys. Préserve le souffle de cet excès solaire en instance de se perdre sur l'idéale d'une robe. Fixe le spectre d'une Hérodiade aussi envoûtante qu'une vierge d'un noir d'exil. Retrouvée dans les brumes de Mallarmé. Et trouve refuge dans le rêve. Glissant en filigrane sur ce bleu nocturne de l'âme. Il incise le rouge effervescent vif et faste troublant de ses passions. Pulvérise son nom, son masque, ôte la carapace, se faufile sur cette scène magique. Ou se reflète les mots de Fernando Pessoa. "Nous ne sommes véritablement que ce que nous rêvons »… Dès lors, il arpente l'exigence de l’ange pulsant l’éclair. Efface la réverbération des miroirs renaissants. Retient cette fraîcheur de la nacre laissant les divinités séraphiques riches de survoler une éternité pliée. Mathieu Matachaga révèle cette splendeur D'ELLES. Il y a des êtres qui portent cette réversibilité flottante d’un étourdissement suivi d’une extase, interceptant la félicité d'émerger, de l'absolue DIVINITÉ à l'exaltation. Jusqu'au froissement des parures, du crêpe au satin de SOI indigo. Le dépouillement d'une opacité souveraine, limpide, élaguée d'une grâce indocile de couper, de trouer, d'identifier l'exception d'un cliché invisible qui transperce l'icône indescriptible. Il y a des êtres qui portent ce scintillement d'un destin souligné d'un sourire d'une certitude vacillante. D'IRRADIER DE SE DÉMAQUILLER ET DE TRANS-PAR-ÊTRE. J'en applaudissais l'oracle à son passage. Camille Rochwerg 12 MAI 2014
A VIE
BAMBI 19 juin 2013 (58 min) Réalisé par Sébastien Lifshitz Avec acteurs inconnus Genre Documentaire Nationalité Français Oui ce qui reste choquant pour moi c'est la définition du film dans l'intitulé "acteurs inconnus" Et puis ce qui trouble c'est la fragilité d'une vie qui enfouie parfois peut surprendre par son élégance. Son étrangèreté, l'indifférence, sur ce film exulte par passions. Des passions si d'amour encore... Il parle de cette beauté de l'enfance que l'on quitte avec force. Et puis ce qui se voit c'est l'interférence d'un regard qui bouleverse l'adversité vers un autre regard qui change... Ce qui subsiste c'est la partition de vivre... Et cela nous le partageons A VIE. PS : Certains hommes de 20 ans sont restés éperdus par Bambi... A ce jour, ils n'ont toujours pas oser vous écrire. Camille Rochwerg Mars 2014
C'EST UN ÉLOGE AUX DIVINITÉS DE SURPRENDRE 
TOUTES LES DIFFÉRENCES
Il y a plusieurs rêves, et aussi plusieurs destins, selon les matériaux utilisés, il y a le toucher, suivi du regard, et aussi le désir de surpasser le Mythe.  C'est un éloge aux divinités de surprendre toutes les différences. Camille Maquillage/Coiffure : Stéphane Israel - Photos : David Marie-Louise
NOIR BLEU D'UNE MOIRE SATINÉE

Robe en crêpe envers satin de soir et gaufré de coton
 par Mathieu Matachaga.
Modèle : Bambi
Photo : David Marie-Louise - 
Hair & Make-up : Stéphane Israël 
avec Marie-Pierre Pruvot alias Bambi
Mathieu MatachagaMarie-Pierre Pruvot (Bambi) Officiel 
et Stéphane ISRAEL.
Et le sourire intérieur forcément reste étonnant. 
Les lèvres sont déjà maquillées
Soulignées de certitude ou d'incertitude. 
Camille AVRIL 2014
TRANSLUCIDE PAR INSTANTS
BAMBI

Marie-Pierre Pruvot Mathieu Matachaga
PROCHE DU RAVISSEMENT

ELLE PRESQUE ABANDONNÉE
ivressecran@sfr.fr