JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE
JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

07/06/2014

Presse Transversal Oshun Dubellay Lisières D'identités Inévitablement Par Camille Rochwerg


LISIÈRES D’IDENTITÉS
L'Equinoxe de Printemps - Le temps des Miracles
OSHUN DUBELLAY nait d'une caresse furtive dans l'écho d'un sourire. Elle est l'étrangeté d'un labyrinthe si proche de toucher les déserts infinis. Elle est l'enracinement qui traverse l'incrédulité des certitudes. Elle restitue à cet égard l'art des frontières pour enivrer la fragilité des libertés. Évitant le pillage de la connaissance. Fracassant les rochers de l'insignifiance des pouvoirs. Elle sillonne, répare, secoue la détresse, pour accueillir la grâce sans jamais négliger l'imprévu. Elle initie les transfigurations du feu et laisse vibrer l'influence des rituels. Tandis qu'elle repousse le déluge, les orages précipités. À fleur d'eau la nuit, elle s'arrache au scintillement de l'initiale splendeur. Pour laisser vivre le flot des mots et les chants de reconnaissances. De cette attention et sur le détour de l'autel des offrandes. Marie brille de cet or mat et brillant l'évitant sur l'ancre d'un océan immense incluant l'accueil de tous ces visages et corps rassemblés. C'est sur ce lieu élargi, qu'elle se tient... 
C'est sans doute là que la fiction et la réalité se confondent, si violemment séparées parfois de la vie et de l'éveil. À la croisée de cette accalmie, les gestes s'interfèrent de devenir vivants, le passé et la mémoire se précipitent. Vérifiant la langue existante de l'endroit même d'où nous naissons.. Elle interpelle, rectifie avec constance de sentir si... Les liens d'une traversée des apparences, célèbrent l'invisible recréation de la vie. Effaçant les failles, passeur des fissures et des interstices du souvenir. Le rythme des flammes crépitent dans le crépuscule, indiquant l'ouverture, le chemin majestueux orchestré souvent par deux guides gardiens des auréoles et des passerelles silencieuses. Ils avancent seuls et glissent à la lueur des étoiles tel un navire de silence qui trace l'altérité des secrets ravalant l'écume de la mer. Unique horizon d'un lever du jour, où le doux reflet d'une effervescence lève l'ancre sur l'apparition des fées et entités. Oshun ouvre le passage reliant le ciel d'un signe de la main et disparaît vers l'orée du jour. Princesse des nuits, scandée et enlacée de cette élégance hors des lisières d'identités inévitablement. Sirène de la mer à la lueur des lutins. Elle dépose ces constellations à la surface de la vie pour laisser les carapaces fragiles se déplier sur le fil d'un ciel désarçonné d'un voyage illimité. VERS.... Camille Rochwerg Juin 2014
OSHUN DUBELLAY
L'HOMME DU SILENCE DE LA NUIT 
Lumière de la nuit
L'antre des mondes
YOKANTA
YOKANTA
FEUX D'ÉTINCELLES
ÉCLATS DES PIERRES
Chamane dans la tradition 
Q’uero du Pérou 
et prêtresse de l’ordre 
de Marie-Madeleine, 
elle propose des cérémonies 
et des rituels, 
notamment autour 
du féminin sacré.
www.oshundubellay.com

Le cristal de roche 
peut conserver le souvenir 
de ces representations.
ivressecran@sfr.fr