JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE
JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

10/12/2014

Presse Théatre Transversal Zazie De Paris Le Revers Sensible et La Lueur D'un Visage Par Camille Rochwerg

ZAZIE LA ROUGE


LE REVERS SENSIBLE 
ET LA LUEUR D'UN VISAGE
ELLE A CETTE DÉMARCHE, comment le dire... Elle est cette identité rouge, équivoque, princière toujours qui s'écrit inévitablement sur ce coeur brulé. D'aimer... Elle sait, l'inadvertance d'être atteinte par les êtres sensiblement touchés. Elle resplendit sur le miroir d'être. Cette déflagration d'un passage recommencé. Il serait même difficile d'en préserver les silences. Sa voix en écarte l'insurrection pour s'inviter à ce miracle du DÉSIR. De caresser l'imprudence d'être Femme. Sa splendeur surgit. La rue, les trottoirs, les villes inconnues, l'insolence insulaire de l'océan, l'invitent à cet élan, à cet écart... D'être Émerveillé. Sur un détail. La VIE. La perfection de son élégance est une provocation qui préserve ce luxe d'un rouge à lèvres dessiné à la main. L'esquisse d'un trait qui se serait échappé d'un dessin de Andy Warhol. La signature porterait le nom " D'un chant d'amour " de Jean Genet. La blessure d'un baiser confisqué influencerait la dernière écriture d'un Duras et son sourire se signerait de la trace d'un rendez-vous à Gottingen avec Barbara. CAR ELLE S'AVANCE. Et franchit la parure d'un escarpin DIOR Sergé de satin Noir bordé de Cœurs rouges de préférence. Et par révérence à Zazie de Paris de NUITS et de JOURS. WARUM MADAME, WARUM? Camille Rochwerg le 18 Décembre 2014
En quête d'un ostensible Miroir, qui change les silences d'un flot. Sur l'incendie d'une Vie. D’un Nom. D’une particule Majuscule qui peut s’effacer imperceptiblement. Parce que L'INFIME extérieur et à l'infini ne sont que la réverbération de l'un sans l'autre. Le visage, cette exaltation touche à l'intime pudeur et à l'indicible secret au bord de l'inexprimable. Parce que l'inhabituelle discrétion des lumières bouge sur l'invisibilité d'un scintillement. Parce que la vie s'inverse et se dévoile sur l'écho... Venu de si loin, avec la certitude. De s'inventer sur l'audace d'une effraction qui s'est installée. Parce que la sensation d'une voix persiste et s'impose avant le corps. Parce que l'espace d'un sourire peut résister à l'élégance. Parce que la coïncidence d'un destin et des amours secrets cernent un visage qui jaillit d'une blessure s'éloignant. Parce que le respect sur l'hostilité d'un choix suscite l'admiration. Parce que l'extravagance se défend d'oublié. Parce que ces lieux de confidences et du glamour, filtrent l'intimité et le paradis des sens. La nudité en caresse le corps rompu et déplié par déférence d'un regard qui s'y reflète. Parce que « tué par erreur d'une insulte intime » Il est devenu la voix, cette parole, d'un plaisir où l'écriture d'une encre noire écrit la rumeur d'une fébrilité. Parce que la différence ou l'indifférence à cet égard s'invite à laisser traces d'un sourire qui n'est qu'une illusion où le revers sensible d'une voie... D'une issue EN QUÊTE... D'un faisceau de lumière éclairée... Vous cette... ATTEINTE Insensée... Diffractée. D'une Invraisemblance. SI D'ÉVIDENCE en Évidence. Camille Rochwerg le 10 Décembre 2014 Pour Zazie de Paris
L'IRISATION BLEU/CARMIN d'une INTIMITÉ PRINCIÈRE
Ce que je retiens d'une PERLE VOILÉE........ C'est le revers sensible d'un sens dévoilé et d'une certaine gravité de l'être... De confidences à l'extravagance. Du dés(amours) aux villégiatures discrètes. Toute cette élégance s'écrit d'une encre noire... Camille Rochwerg le 29 Novembre Pour Zazie de Paris

AUSSI PÉTILLANTE QUE MADAME
ivressecran@sfr.fr