JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE
JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

09/09/2015

Presse Théatre Transversal Zazie De Paris Rumeur de Liberté Par Camille Rochwerg

ZAZIE DE PARIS ZAZIE LA ROUGE

RUMEUR DE LIBERTÉ
L'ACTEUR... À LA LUMIÈRE D'UNE RESSEMBLANCE
S'attacher à l'acteur, à cette émotion subtile et singulière immobile qui s'installe dans le noir de scène... Se laisser emporter. Par cette déambulation entre les ports, les quais de lumière, où se dévoilent l'effluve d'un parfum rouge magnétique. Fatalement pigmentée sur le tracé. D'un roman-photo, d'une fiction… Sur ce visage se sont imprégné ces émotions arpentées de fragments sensibles, d'une extrême visibilité. Ainsi sous les éclaboussures de néon, sur l'asphalte d'un incendie, l’étrange inventaire de l'acteur composé de miroirs s'illumine par instincts... Balayant d'un sourire la vie, l'écart d'un geste, l'indiscrétion d'un noir pur. D'une trace qui préserve l'élégance diamantaire d'une chambre d'amour... Magistrale étreinte de toutes les intimités d'un silence. La scène installe cette mémoire qui au travers des strates de la nuit s'immerge dans ces villes vagabondes. Les méandres fascinent, les mystères de cet espace d'amour comme perdu et retrouvé. Initie l'attachement, les intervalles irréguliers d'une signature. Ou l'innocence parée, l'innocente parure décalée ne cessent de séduire ses yeux ailleurs. La ciselure éphémère de l'éblouissement des lumières griffe l'éclat des icônes. Là s'installe l'insoumission des libertés, l'art de l'esquive, la sublimité de toucher à la beauté influence ainsi l'envers du Des-Corps. En dessine le symbole. En préserve la retenue pour suspendre le glissement. D'un souffle, d'une altérité. Quelque chose d'immense, de très loin... Vient recueillir et séduire cet infini... Avant d'atteindre cette indépendance d’un jardin protégé... La scène offerte Attend.... Alors de sa loge côté cour le théâtre s'évente au lever du soleil, à cet instant côté jardin s'illumine la lumière d'un matin, l'enfer en haute mer inonde. Et s'invite à entrer en scène. Vu du ciel, discrètement le plateau devenu cette île irradie de son étourdissante différence... Camille Rochwerg le 25 Septembre 2015 Pour Zazie de Paris 
RUMEUR DE LIBERTÉ
RUMEUR DE LIBERTÉ
Cet éclat du secret, d’une allure, d’une vibration, d’une silhouette, d’habiter son corps et d’affirmer sa singularité conjuguée au pluriel. Pour déjouer et apprivoiser ce reflet. Ce dévoilement silencieux retrouvé d’une telle liberté. Votre route intime… La rigueur dans ce Berlin sulfureux… Fractionné. Disparu. Vous portez ce regard sur ce monde qui s’est effondré pétri de souvenirs mêlés à l’exil d’une terre d’une identité qui signe le cœur de votre création, qui trace la référence incontournable intemporelle d’un diamant Nu. Cet art du luxe, et d’une gravité, cet instinct, qui fait trembler ce souffle d’air qui éparpille des faisceaux de lignes… De vie. Qui s’enchevêtrent, s’écartent pour laisser basculer, ces lignes bleues laissant s’éloigner l’invisibilité de ces gestes effectués touchés par la grâce irrésistible d’un rouge Vermeer. Ce qui s’écrit sur ce voyage incessant de l'inclassable à cette promesse d’une immoralité de l’intelligence à cette immobilité intime d’un sourire. C’est cet abandon qui trace ce destin à S’OFFRIR. Passionnée, dans ce peu d'air où s'éparpille la conversation générale... Cette rumeur de L'amour de l’exception magnifiée. Je parle de la scène cette Amante du fard qui accroche la lumière à la divine escale diffuse de ce nacre sertie d’or qui porte l’extrait de ce parfum si subtil d’une reconnaissance. Et de ce paradoxe, et de cette béance d’un succès, il y a de cette ponctuation face aux miroirs. Le rituel de vos nuits perce le décalage de cette distinction renversante et percute la fascination des images. De la vie. Vous vous êtes accordés ce temps d’un rêve et d’une fougue éblouissante sur scène et grand écran. À votre image. Visionnaire d’illuminer cette exaltation… De sublimer toutes ces différences pour sculpter le noir flexible sur le bleu-nuit d’une liberté. Pour Zazie de Paris Camille Rochwerg le 9 Septembre 2015

ivressecran@sfr.fr