JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE
JUSTE AVANT D'ÉTREINDRE LA SERVANTE

17/10/2015

Presse Théatre Transversal Zazie De Paris Bleu Nuit Par Camille Rochwerg

ZAZIE DE PARIS ZAZIE LA ROUGE

BLEU NUIT
UNE PRESCIENCE 
INTRANQUILLE
UNE PRESCIENCE INTRANQUILLE
Elle existe... Irréversiblement.
Si près d'être ce volcan inébranlable. C’est une femme qui se joue de séduction et d'une tendresse ardente. Qui ose s’y mesurer... Indemne. C’est une destinée qui brûle de s’immerger de l’abîme somptueux qui frôle les arbres bleu d'un vent secret à l’extrême. Désir. Traversé. C’est la musique d’une voix incessante. C’est un silence ensorcelé, majestueux ou s'embrase les brumes insondables de la beauté. Avant d’entrer en scène, elle avance à la lueur du silence... Peut-être que la lumière de ce noir pourrait se heurter face public à cette illusion d'un amour. Une sorte d'infini justesse s'insinue sur... L'entaille d'un frémissement qui trébuche sur ses nuits. Infranchissables. Incessantes. Car mêlées de ce quelque chose d'une existence inédite. De cette allure s'impose l’envers des miroirs. Immobile. Réfractant l'invisible. Sidéral. 
Il faux céder, entrer dans le sillon, s'incliner... D'être. Émerveillée. Ou dépossédée de l’image magique. Étincelante. Quelque chose nous atteint imperceptiblement... Un éclair indigo et pourpre. Est restée suspendue sur l'asphalte. Des cintres. D'un Noir plateau. Texte en extrait d'écriture. Camille Rochwerg le 12 Novembre 2015 Pour Zazie de Paris
L'IMPOSSIBLE LUEUR ÉCARLATE D'UN BLEU NUIT
On peut surprendre l'envol d'un éclair solitaire qui s'étire à perte de vue. Regarder l'existence d'une ville dans ces rares instants. Emprunter aux traces de la nuit l'écrin doré d'une étoile qui s'est égarée sur le sourire d'un funambule. Se laisser éblouir par la parenthèse d'une voix qui résiste et traverse ces îles perdues gravées dans le marbre et les parchemins pour émerger de ce grand silence d'une escale. Qui de contrastes en vertiges ont magnifié ce destin qui parfois ne tient qu'à un fil… Où l'inspire d'une liberté a conservé la sérénité d'une lumière noctambule. D'une vulnérabilité précisément différente. D'une obscurité éclairée par l'heure d'une résonance d'un talon aiguille frappant le sol épuré d'une silhouette furtive. Qui s'échappe sur ce bleu de nuit iconique. Ignorant les frontières. D'un noir zébré ou le rouge léopard s'éclipse sur le chuchotement d'un murmure sans cesse remodelé par les variations de l'élégance, de la lumière et du mouvement des nuages. Le vrai rôle de sa vie. Ininterrompu. Le sens unique d'un acte artistique. Elle, l'égérie passagère d'une fiction et d'une écriture. Pour Zazie de Paris​  par Camille Rochwerg le 17 Octobre pour un 18 Octobre 2015. Effervescent
POUR L'ÉMERGENCE DIVINE DES ARCANES MAJEURES
LE 7 c'est la possible Invulnérabilité du pouvoir, l'écran des forces en dualité, le passage virtuel vers l'arche d'une stabilité inouï... L'intersection fragile d'un commencement... D'une rencontre inévitable. Entre la passion de franchir les seuils repérés. Et l'illusion irréversible.
LE 18 C'EST AUSSI LE PARCOURS ÉCLAIRÉ en attente de passages qui ouvre les chemins encore inconnus.  D'une extrême féminité qui propulse la réverbération des lumières au-dessus des marécages. D'une sagesse infinie et consacrée. Pour Zazie de Paris​ par Camille Rochwerg le 17 Octobre pour un 18 Octobre 2015
ivressecran@sfr.fr